THE PLAN …


This morning, one of my colleagues has forwarded to me a very interesting Email. It is from someone who prentended to have “scoops” about the real shady sides of this “movement for democracy” initiated by Andry Rajoelina and the opposition in Madagascar.

The Email is in French, but here are the main points disclosed in it:

  1. Andry Rajoelina intends to proclaim himself as the new president of the Republic of Madagascar. He wanted to do so today.
  2. on December 2006, just after the last presidential elections, a famous Malagasy politician: Manandafy Rakotonirina, a former political advisor of Marc Ravalomanana and leader of the political party MFM, had a meeting with the former president Didier Ignace Ratsiraka in Paris, in order to establish a very complex and machiavellian plan to discharge Ravalomanana – to  destroy all of his weatlth – to destroy anything that Ravalomanana has built in Madagascar and which can be identified as a sign of progress – to destroy Antananarivo – to put Madagascar in a very extreme level of poverty.
  3. The choice of Andry Rajoelina to implement such plan
  4. The plan: starting from the hidden support of Andry Rajoelina’s candidacy on 2008 – the broadcasting of the famous video message of Didier Ratsiraka on VIVA TV – the closure of VIVA TV (expected result) – the establishment of the place of Democracy in Ambohijatovo on January 17th, 2009  – the first meeting of the opposition and TGV in the place of Ambohijatovo, on the place of May 13th and the march throughout town on January 24th, 2009 – the general strike which started on January 26th, 2009 – the closure of VIVA TV (expected result) – the looting and arson of TVM, RNM, MBS TV, MBS Radio, Margros in Akorondrano, Auditorium in Ankorondrano, Courts in Ankorondrano, Jumbo Score in Ankorondrano, Zoom in Akorondrano, Blueline in Digue, New Pack in Digue, Margros in Behoririka, Blue Print in Behoririka, Sico in Behoririka, head office of TIKO Group in Tanjombato, Naza Electronics in Analakely, Bao Lai in Analakely, Trading center in Analakely, Supreme Center, CITIC Behoririka, … – the looting and arson of all the Margos and TIKO branches throughout the other provinces on January 27th, 2009 – the looting of the port of Toamasina, Sambava and Vohémar on January 27th, 2009 – …, till the discharge of Ravalomanana and the return of Ratsiraka Didier.

THE PLAN

(…) Je viens d’avoir une conversation surréaliste au
téléphone avec quelqu’un proche du gouvernement qui
est sur place et qui m’éclaire sur la situation en ce
moment-même à Antananarivo. Il est
maintenant 0h27 au moment où je commence à écrire, le 28
janvier 2009.
Vous êtes peut-être au courant des
événements qui ont eu lieu lundi 26 janvier à Tana. Le
maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina (aussi connu sous
le nom de “TGV”), principal opposant au
gouvernement de Marc Ravalomanana, a fait un appel à la
grève générale et a organisé une manifestation
gigantesque contre le Président. Manifestation qui a
malheureusement dégénéré : pillages, magasins, maisons
de particuliers partis en fumée, etc … 

Les dessous de cette affaire sont très complexes et très inquiétantes.
Ce à quoi nous avons assisté lundi 26 janvier (déjà
tristement surnommé le Black Monday sur internet) n’est
qu’une INFIME PARTIE d’un iceberg beaucoup plus
dévastateur !!!! Mais avant d’y venir, cette
information sur les intentions de Andry TGV : il est prévu
qu’il s’autoproclame purement
et simplement comme le
nouveau PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR,
aujourd’hui, 28 janvier 2009, sur la Place du 13 Mai.

Venons-en maintenant aux dessous de cette
affaire. Il faut remonter un peu avant décembre 2006,
élections présidentielles. Cette élection devait voir
Marc Ravalomanana reconduit dans ses fonctions pour un
second mandat, après sa première élection, en 2002.
Décembre 2006 donc, un certain Manandafy, membre d’un
parti politique : le MFM, effectue un déplacement en France
pour y rencontrer Didier Ratsiraka, ancien Président de la
République, au pouvoir durant plus de 25 ans. Celui-ci a
perdu sa place face à Marc Ravalomanana lors des élections
de fin 2001, qui s’est compliquée par la suite en une
grande crise de près de 6 mois, durant la première moitié
de 2002. Un sommet de l’Union Africaine devait se tenir
à Madagascar en 2002. En raison de l’instabilité
politique de l’époque, il a finalement eu lieu à
Durban, en Afrique du Sud. Compte tenu de la crise,
Madagascar a été temporairement suspendu de son siège à
l’Union Africaine, puis a retrouvé son fauteuil au sein
de l’Union, après que la communauté internationale et
l’Afrique aient reconnu officiellement Marc Ravalomanana
comme le nouveau Président.

Cette défaite, Didier Ratsiraka ne l’a jamais digérée. Une fois Ravalomanana
arrivé au pouvoir, Manandafy s’est retourné contre
lui, et a noué de nouvelles relations avec l’ancien
Président, Ratsiraka. Le fameux
entretien de 2006, entre Manandafy et Didier Ratsiraka
débouche sur des consignes très claires de Ratsiraka : «
C’est vous qui l’avez mis là, à vous de
l’enlever de là ! ». Par « vous », Ratsiraka
sous-entend les Merina, (pour les amis non Malgaches :
Merina, ethnie vivant sur les hauts-plateaux, donc
Antananarivo), dont il voue une haine tenace depuis très
longtemps. A partir de ce jour-là, le plan se déroule
petit à petit. Il s’agit de mettre en place le plan qui
consistera à : – Destituer Marc Ravalomanana – Détruire
tous ses biens – Détruire toutes les traces de son ennemi,
tout ce qu’il a mis en place et ce qui est signe de
progrès – Mettre Tana à sac – Remettre Madagascar dans
l’état de pauvreté dans lequel il était avant
Ravalomanana Pour y parvenir, il faut trouver une «
marionnette », un jeune Merina, crédule, fougueux, et
ambitieux. Cette personne, « ils » la trouvent en la
personne de … Andry Rajoelina. Que rêver de mieux pour
une vengeance ? Marc Ravalomanana était Maire de Tana
(diminutif de Antananarivo pour mes amis non Malgaches qui
ne comprennent pas). Grâce à des soutiens puissants (dont
celui de Ratsiraka), Rajoelina gravit rapidement les
échelons et accède à la Mairie d’Antananarivo
l’année dernière. Maintenant voici Andry « TGV »
Rajoelina, secrètement soutenu par Ratsiraka, en opposant
virulent de celui qui a pris sa place en 2002 ! Samedi 13
décembre 2008 : Fermeture de la station Viva, station
appartenant à Andry « TGV » Rajoelina. La station du
Maire diffusa le 13 décembre 2008 une interview de Didier
Ratsiraka appelant la population au soulèvement et à la
révolte contre le régime de Marc Ravalomanana. Cette
interview, seule la station Viva la diffusa en
intégralité, avec programmation de rediffusion. Toutes les
autres chaînes de Madagascar ne l’ont diffusée
qu’en partie. Le soir même, ordre
est donné par le gouvernement de fermer la station,
qu’il considère « hors-la-loi ». Selon la
Constitution de Madagascar, aucun message appelant à semer
le trouble et à déstabiliser la paix et la sécurité du
pays n’est toléré.

Depuis ce jour-là, Andry Rajoelina
s’appuie sur ce fait pour véhiculer son message et
s’érige en tant que principal opposant à Marc
Ravalomanana, inaugurant peu de temps après la nouvelle
Place de la Démocratie (anciennement Jardin
d’Ambohijatovo). Le bras de fer s’intensifie entre
le Maire de Tana et le Président de Mada. Information qui
n’est pas forcément connue de tout le monde : pendant
que la télé cesse d’émettre, la radio, elle,
continue. Continue jusqu’aux alentours du lundi 26
anvier 2009, vers 4h du matin. Lundi 26 janvier 2009 Que
s’est-il passé ? Une manifestation organisée par le
Maire a lieu à la Place du 13 Mai. Celui-ci harangue la
foule puis l’entraîne vers Anosy, siège du Tribunal
où sont jugés des jeunes étudiants auteurs de vandalisme.
Non loin du tribunal se trouve la Radio National Malgache.
Tout dégénère. La RNM brûle ! Magasins, Analakely, pas
mal de stores situés sous les arcades de l’Avenue de
l’Indépendance partent en fumée. Tous ces événements
sont, malheureusement accompagnés de fausses rumeurs
véhiculés à l’extérieur (EPF Ampefiloha brûlé :
faux, les mercenaires ont fermé la station de Andry TGV et
non la police : faux, des membres du gouvernement
démissionnent, ou vont démissionner : FAUX !!). Pendant ce
temps, une troupe s’attaque aux stations appartenant au
Président de la République : MBS + un certain nombre de
magasins tels Magro, etc. Une tragédie a lieu : une foule
en furie est sur le point de pénétrer dans la propriété
privée de la station MBS. Un des gardiens de la maison, est
tout seul face à plusieurs dizaines de personnes
déchaînées. Il fait feu en l’air pour faire
sommation. La foule continue de tenter d’entrer en
forçant le grillage, cette fois-ci le gardien fait feu en
direction de la foule. Malheureusement, un jeune – que le
maire revendique comme étant un de ses « militants »
alors qu’il a à peine 14 ans – meurt durant cet assaut.
L’enfant était situé entre la foule, … et le
grillage !
Un membre du gouvernement appelle les pompiers
pour s’occuper de l’incendie de la RNM. Au bout du
fil, quelqu’un lui répond : « on arrive ! ». Quelque
temps plus tard, voyant que le feu s’intensifie, cet
homme du gouvernement descend près de la RNM pour voir ce
qu’il en est exactement. Arrivé sur place : pas de
pompier ! Là, il engage une discussion avec une personne
travaillant alentour. Il apprend que son interlocuteur,
directeur de l’établissement situé juste à côté de
la RNM a aussi appelé les pompiers ! Leur conversation se
résume ainsi : – Venez ! la RNM brûle ! – Vous êtes qui ?
– Je suis le directeur de l’établissement situé juste
en face de la RNM ! Venez vite ! – Désolé Monsieur, tant
que le Maire ne nous a pas donné l’ordre, on n’y va
pas … – Coupé. Rappelons-le, les pompiers dépendent de
la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo), donc du Maire.
Voilà pourquoi les pompiers ne sont jamais venus éteindre
la RNM. Sauf que Andry Rajoelina clame à qui veut entendre
: « voyez, le gouvernement ne fait rien pour éteindre la
RNM, je vais aller éteindre cet incendie moi-même ! ». A
l’extérieur (diaspora, etc), et beaucoup à
l’intérieur aussi, nous sommes nombreux à nous
inquiéter : que fait l’Etat ? que fait l’armée ?
J’apprends que Marc Ravalomanana dans un premier temps
préfère éviter de faire intervenir l’armée (ce,
juste avant que tout dégénère). Armée qui, elle-même,
est divisée car Ratsiraka a encore sur place des militaires
à sa solde (des officiers qui faisaient partis de la RESEP,
armée créée par lui, et de la SPADEM). Résumé de la
journée du lundi 26 : RNM brûlé, magasins en ville
brûlés, magasins appartenant à Ravalomanana, brûlés,
MBS, brûlé. Tous les moyens de communications dont dispose
le gouvernement pour communiquer sont coupés. Seules des
radios évangéliques et des stations pro-TGV continuent
d’émettre. Mardi 27 janvier 2009 Une réunion devait se
tenir aujourd’hui entre Ravalomanana et Rajoelina.
Celui-ci pose certaines conditions : – Qu’on livre à la
justice l’assassin de l’un de ses « militants »
(de 14 ans) qui s’est fait tué au cours de
l’attaque de la MBS – Que les trois étudiants jugés au
Tribunal de Anosy qui ont participé à des actes de
vandalismes soient remis en liberté. Cette réunion n’a
pas eu lieu. En fait, ce que certains ne savent pas encore,
c’est que les trois étudiants accusés de vandalisme,
ont été libérés avant même que TGV n’en ait fait la
demande. De plus, au cours de la journée du mardi 27
janvier, les émetteurs ont été restitués à Viva. Viva
émet donc de nouveau. Comme quoi, pour ceux qui doutent
encore, le gouvernement est de bonne foi. Mercredi 28
janvier 2009 Il est maintenant 1h55. Triste anniversaire
pour moi. J’aurais aimé d’autres circonstances.
Aujourd’hui, les choses vont s’accélérer. Andry
Rajoelina a l’intention de s’autoproclamer
Président de la République, sur la Place du 13 Mai. Des
mercenaires sont déjà sur place, à Antananarivo pour
accomplir leur triste besogne : abattre Andry Rajoelina. Des
mercenaires engagés, bien entendu, par Didier Ratsiraka. Le
but ? Très simple : faire accuser Marc Ravalomanana de ce
crime !!!!!!!!!! Et semer définitivement le chaos ! En ce
moment même, Pierrot Rajaonarivelo, pro-Ratsiraka, exilé
en France depuis plusieurs années,a fait son retour à
Madagascar. Pierrot Rajaonarivelo, rappelons-le, a financé
la création d’Injet, société de Andry Rajoelina
spécialisée dans les panneaux publicitaires. A l’heure
où j’écris, il doit être déjà à Tamatave. Un
convoi de bus se dirige actuellement de Tamatave vers
Antananarivo pour assister au clou du spectacle. Tous les
soutiens étrangers de Andry Rajoelina, ainsi que beaucoup
de ces supporters sont en train de s’éloigner de lui.
Des proches de Andry Rajoelina tentent de le dissuader de
cette folie d’aujourd’hui, mais celui-ci semble
perdre la raison et veut aller jusqu’au bout.
Jusqu’au bout … Le plan de Didier Ratsiraka pour
revenir et détruire tout ce qui a été commencé est en
train de se dérouler à merveille !!!!!!!!!!!!!!!! Il ne
faut pas laisser faire ça !!!!!!!!!!! Diffusez ce message
à tous ceux que vous connaissez. Tout le monde doit
connaître la vérité. C’est très important.
J’espère de tout cœur que ce qui risque d’arriver
aujourd’hui, ce que j’ai entendu, et ce que je
raconte, n’auront pas lieu, que tout ceci est un
cauchemar, mais malheureusement, toutes les informations se
recoupent.

Guys, I am just bringing this information to your attention. I am not confirming anything. I would really appreciate if someone can translate it into English for our English speaking friends.

Thank you,

photo-0021

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s